Nous utilisons des cookies afin d'optimiser la conception et la performance de nos sites internet. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus sur nos cookies et la manière dont nous les utilisons.

Actualités et Événements...

Retour aux Actualités 16/03/2017

Portraits de Makers : l’aventure Medeo de Yacine & Rémi-Jean

Medeo est une entreprise créée en janvier 2016 par Yacine Remini et Rémi-Jean Berger, deux diplômés du Programme I.D.E.A. L’entreprise, qui compte déjà 4 salariés, a pour ambition de participer au développement de la « santé connectée » en proposant aux organisations de santé, dans le monde entier, une démarche et des outils leur permettant d’améliorer leur efficacité et de réduire leurs coûts de fonctionnement par une intégration judicieuse des nouvelles technologies du numérique.

L’application proposée par Medeo a été élue meilleure application médecin généraliste de l'année en 2016 aux journées nationales de médecine générale.

Portrait de deux makers passionnés !

Quel est votre parcours ? Qu’est-ce qui vous a amené à intégrer le Programme I.D.E.A. ?

Yacine, lyonnais d’origine, explique : « Ingénieur en génie industriel de l’Ecole des Mines de Saint Etienne. Je suis féru de design, de nouvelles technologies et d’électronique. J’ai voulu sortir un peu du secteur industriel dans lequel j’avais évolué professionnellement pour élargir ma vision en intégrant le Programme I.D.E.A. »

Egalement lyonnais, Rémi-Jean est lui diplômé en Sciences de Gestion de l’IAE Université Lyon III. Il avoue que : « Pour moi, le Programme I.D.E.A. était un moyen d'élargir mes compétences et de découvrir d'autres manières de fonctionner, sortir de ma zone de confort. »

« A l'école, nous avons participé à la création de l'association SMARTUP qui promeut l'entrepreneuriat et l'innovation sur le campus de Lyon-Ecully. Je pense que l'organisation de Startup Weekends et de TedX a contribué à nous donner la passion de l'entrepreneuriat. »

Dans quel cadre vous êtes-vous lancés dans l’aventure Medeo ?

« Nous avons effectué un mémoire de fin d'études sur l'innovation dans le domaine de la santé et particulièrement l'introduction des objets connectés dans la relation patients-soignants. Nous travaillions alors sous une méthode d'innovation enseignée au Programme I.D.E.A., le Design Thinking.

Lors de ce mémoire nous avons effectué des périodes d'immersion auprès de médecins dans des établissements et des cabinets médicaux. Nous devions comprendre les usages et les enjeux dans ce domaine.

Nous avons alors compris que les systèmes d'informations des professionnels de la santé n'étaient pas adaptés à l'émergence de la santé connectée et nous avons développé un module capable de communiquer avec les objets connectés et les logiciels des praticiens. Cela permet aux médecins d'utiliser des objets connectés dans leurs cabinets pour l'examen clinique mais également de suivre des patients à leurs domiciles. »

Pouvez-vous en dire plus sur votre expérience jusqu’à présent, ce qui vous attend dans les mois à venir ?

"Nous avons créé la société en janvier 2016 après une année de R&D. Nous avons continué le développement de nos prototypes et l'installation des premiers médecins pilotes en 2016.

En parallèle, nous avons consolidé nos fonds propres et obtenu des fonds de la Banque Publique d'investissement, nous avons également intégré le réseau entreprendre. Nous sommes maintenant 4 salariés, principalement des développeurs.

Aujourd’hui, nous installons notre solution chez des médecins généralistes, c'est la solution Kligo (www.kligo.fr). Après le développement de cette première solution combinant objets connectés, algorithmes médicaux et intégration de données dans les systèmes d’informations, nous avons fait le choix de développer une solution de télésurveillance médicale pour des patients atteints de maladies chroniques. Nous concevons cette solution en Inde car le marché est plus favorable, en effet, les patients peuvent payer pour s'équiper de ces dispositifs contrairement à la France ou il faudrait attendre les changements de l'assurance maladie qui interviendront surement dans les années à venir. Nous avons remporté un appel à projets du ministère de la santé indien et de la Banque Publique d'Investissement française pour soutenir financièrement le projet (http://www.medeo.co.in/).

Nous développons également une solution grand public : une application mobile pour aider les jeunes parents face à la fièvre de leurs enfants et ainsi, réguler les urgences. Cette application repose sur des algorithmes qui donnent un avis sur un épisode fébrile en suivant les conseils et les publications scientifiques en fonction du profil de l’enfant, de ses antécédents, des symptômes et de l’évolution de la fièvre (www.alerte-fievre.com).

Nous avons encore beaucoup de projets dans les tuyaux que nous développerons en 2017 et 2018. Nous sommes actuellement en négociation pour une levée de fonds afin de renforcer nos équipes commerciales et partir à l'international sur notre solution Kligo. »

Comment emlyon business school/ CENTRALE LYON vous soutient dans votre projet ?

« Au début de notre projet, nous avons été accompagnés par Alexander Bell, responsable du programme Start-up de l'incubateur emlyon business school. Cela nous a permis de nous poser les bonnes questions et de formaliser des concepts avec une démarche orientée business. C'est très important d'avoir ce regard extérieur sur le projet.

Nous avons également pu participer à des cours d'Alice Riou, professeur associé à emlyon business school qui intervient auprès d'étudiants en pharmacie, en travaillant avec eux sur nos concepts, nous avons beaucoup avancé.

C'est aussi grâce à emlyon business school que nous avons rencontré notre associé, le Dr Jean-Marie Bournazel, son fils évoluant dans l'équipe de rugby de l'école avec Rémi.

Nous avons aussi rencontré Akshay Bhuwalka, en formation au sein du Global entrepreneurship Program avec lequel nous montons le projet indien à Bangalore.

Nous avons également eu la chance de bénéficier du fablab de CENTRALE LYON pour réaliser nos premiers prototypes. Nous continuons régulièrement à échanger avec des professeurs de l’école sur notre projet. »

Un dernier mot sur cette aventure dans le secteur de la santé connectée ?

« Directement après les études, c'est le meilleur moment pour se lancer dans l'aventure entrepreneuriale. On peut se permettre de s'investir à 100% dans un projet, ne vivre que pour ça. Après, les obligations financières et familiales deviennent importantes et c'est très compliqué.

Le plus important dans l'entrepreneuriat, c'est de se faire accompagner et de s'entourer. Cela ne sert à rien de garder une idée pour soit, il faut en parler pour l'enrichir et se faire challenger. Nous avons une chance incroyable en France et particulièrement dans nos écoles, nous avons un accès direct à des professeurs experts, des incubateurs, des accélérateurs et des concours. Un écosystème complet qui permet de tester une idée et de se lancer très rapidement. »

Accès aux archives


Flux RSS Actualités
Flux RSS Evénements