Nous utilisons des cookies afin d'optimiser la conception et la performance de nos sites internet. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus sur nos cookies et la manière dont nous les utilisons.

Actualités et Événements...

Retour aux Actualités 20/03/2018

Les bonnes et mauvaises pratiques de la transformation digitale

La transformation numérique incarne une réelle amélioration de son travail : 80% des salariés en sont satisfaits. Les processus sont plus fluides, les possibilités plus larges et les tâches répétitives automatisées. D’ici l’année prochaine, 60% des entreprises vont se tourner vers la transformation digitale. Portées par un élan collectif, de nombreuses entreprises ont développé des techniques managériales nouvelles. Toutefois, ce bastion de méthodes regroupe quelques idées qui n’ont pas perduré. C’est l’occasion de faire le tri !

 

Ces méthodes qui ne fonctionnent pas si bien

Autrefois valorisés, la boîte à idées, le réseau social d’entreprise ou les Labs n’ont pas su produire l’effet escompté. Pour vous éviter des ratés dans votre processus de transformation digitale, voici un tour de table des idées infertiles.

   
  • La boîte à idées : c’est un système par lequel un salarié d'une entreprise peut formuler par écrit une idée susceptible d'intéresser sa hiérarchie. Pionnier du management horizontal, ce système n’a pas vraiment fait ses preuves. Dans la majorité des cas, l’initiative perd son souffle après quelques mois, faute d’intéresser les collaborateurs. Pour les plus assidus, elle peut créer un sentiment de frustration puisque le dépouillement se fait souvent en vase clos. Pour certains, un manque de réactions est perçu comme un désintérêt de la part des managers.
  • Le réseau social d’entreprise : il s’agit d’un espace communautaire reprenant les fonctionnalités habituelles d’un réseau social, mais qui est destiné aux salariés et collaborateurs de l’entreprise. Les pratiques personnelles s’invitent au travail avec le réseau social d’entreprise. Premier-né de la transformation digitale, il devient aujourd’hui un outil caduc. Les échanges entre équipes se résument pour une partie des collaborateurs à de la discussion et non à du partage d’informations privées. Un simple outil de messagerie instantanée fera donc l’affaire.
  • Les Labs : diminutif pour Laboratoire, on parle bien ici d’un lieu où l’on expérimente de nouveaux projets. Dans ce cas précis, le constat n’est pas entièrement négatif. Si 80 à 90 % des Labs créés par de grandes entreprises françaises ne génèrent pas de croissance, leur atout peut se situer ailleurs : développement de l’innovation, co-création, intrapreneuriat. Vous souhaitez en développer un ? Pensez bien à vos objectifs et à ne pas créer de doublons entre les structures stratégiques.
 

Les idées prometteuses

La particularité de ces belles idées ? Un management proactif. Dès lors que le projet est porté par un manager conscient, engagé et moteur, il pourra voir le jour. Via une bonne communication et une forte motivation, le manager se donne toutes les clés pour réussir.

  • Le Serious Game : appliqué à l’entreprise, le Serious Game incarne un véritable atout. En introduisant le plaisir, la récompense et la collaboration, le jeu permet à l’employé acteur de mieux retenir l’information. Accenture, via son « Accenture Superhero Collaboration Game » a encouragé ses employés à répondre à des quizz, à résoudre des problèmes et à imaginer les réponses sur “L’île des performances” afin de développer leur expertise technologique et leur réflexion stratégique. Les bénéfices sont nombreux : esprit d’équipe, collaborations entre services, connaissances métiers et bienveillance.
  • Le hackathon : contraction entre « hacking » et « marathon », le hackathon consiste à travailler pendant 48h autour d’un projet. Il peut s’effectuer au sein d’une entreprise ou entre plusieurs structures. Ses avantages sont nombreux : émergence de talents, stimulation de la créativité, émulation collective et décloisonnement des équipes. Lors d’un hackathon, la SNCF a créé une appli qui affiche le taux de remplissage des trains, Tranquilien. Elle la propose aujourd’hui à ses usagers.
   

  • L’intrapreneuriat : ce néologisme signifie un système d’entrepreneuriat interne à l’entreprise. Selon les modalités, chaque collaborateur peut développer son projet en mode entrepreneur, le présenter à un jury et le faire grandir au sein de l’entité. Cette méthode permet de mettre en valeur les employés les plus créatifs, motivés et moteurs du changement.
 
 

Les idées les plus payantes sont celles qui impliquent le plus chaque collaborateur. Celles-ci peuvent être complexes à mettre en place, mais le bénéfice est à la hauteur de l’effort fourni. Toutefois, quelle que soit la taille du projet, celui-ci ne peut voir le jour sans un soutien et une réelle implication de la part des managers.

Seuls les responsables sont en capacité de rassembler leurs collaborateurs autour d’un projet porteur de la transformation digitale. C’est pourquoi le Mastère Spécialisé ® Business Management & Transformation Digitale a pour ambition de former des managers acteurs du changement.

Accès aux archives


Flux RSS Actualités
Flux RSS Evénements